Vasco 6000, le cocktail de performance pour MECAPREC

Pierre Armengaud éffectue les ajouts de Vasco 6000 à 1%. La consommation de lubrifiant a diminué de 60%

En dix ans, MECAPREC a séduit la plupart des acteurs aéronautiques par son savoir produire. Le sous-traitant ariègeois et Blaser Swisslube ont développé un partenariat exemplaire pour la création d’un lubrifiant de coupe inédit.

A la recherche du lubrifiant optimal
Lors du rachat de la société, Jean-Marc Gomez n’avait d’autre choix que de trouver de nouveaux marchés et d’orienter son entreprise sur l’usinage des matériaux les plus prometteurs en aéronautique. A l’écoute des clients, il sait traduire les attentes de ses interlocuteurs en stratégies de production pertinentes. Préparant l’arrivée en 2013 d’un centre « Makino » équipé de 313 outils, les responsables de MECAPREC souhaitaient optimiser les facteurs de qualité d’usinage et de coût pièce.
Sur les conseils du fabricant, le chef d’atelier et le dirigeant se sont rapprochés de Blaser Swisslube pour établir le diagnostic le plus adapté à l’environnement de production : arrosage haute pression, usinage titane…
A la suite d’échanges centrés sur l’excellence des résultats, les partenaires ont retenu la gamme Vasco, miscible à l’eau et composée d’huiles d’esters à base végétale. Ceux-ci procurent une grande résistance au film d’huile. Par sa polarité, le lubrifiant se répand uniformément sur la surface de la pièce. Les efforts de coupe et les échauffements sont réduits dans des proportions importantes favorisant la qualité  de surface et la longévité des outils.
Les premiers mois d’exploitation confirment cet avantage facilement mesurable. Sur la cellule Makino, le coût de renouvellement des outils a chuté de 25%, déclenchant une reconversion rapide du parc-machine. La fluidité et l’écoulement du lubrifiant réfrigérant sont remarquables : les pièces et machines sont propres, la consommation a diminué dans un rapport de 1 l contre 2,5 l précédemment.
Mais sur certains îlots à fortes contraintes (arrosage 70 bars), la mousse a fait son apparition. Très vite, il a été décidé d’ajuster la dureté de l’émulsion par un apport d’acétate de calcium. Cette intervention a réglé le problème, démontrant la justesse du diagnostic.

Fruit d’un partenariat Blaser Swisslube – MECAPREC, le nouveau lubrifiant affiche des gains techniques et économiques élevés.

La création d’un nouveau lubrifiant
MECAPREC tout comme Blaser Swisslube ne voulaient pas d’une solution artificielle. Les deux sociétés ont engagé un partenariat étroit pour développer une formulation adaptée à ces contraintes. Après un test infructueux, un deuxième produit test franchira avec succès toutes les étapes de son évaluation dans la durée. Depuis trois ans, il est en service dans tout l’atelier et commercialisé sous l’appellation Vasco 6000. Ce cocktail de performance en productivité, qualité de surface et longévité des outils offre une usinabilité remarquable sur les inox, titane et inconel. MECAPREC dispose d’une solution « Outil liquide » adaptée à ses besoins et progressant encore au niveau de la qualité avec un gain outil supplémentaire de 20%. Dans son atelier de Lavelanet, MECAPREC est en réelle adéquation avec la philosophie de l’outil liquide correctement utilisé et entretenu. Celui-ci augmente la productivité, rentabilité et qualité d’usinage dans un environnement où tout concourt au savoir-faire en sous-traitance aéronautique : de l’optimisation des stratégies d’usinage à la maintenance de l’émulsion soluble.
Accueillant de nouvelles machines en 2018, projetant des extensions de bâtiments, une labellisation ISO 14 000, l’équipe de Jean-Marc Gomez reste aux avant-postes de partenariats constructifs au service du client.