Stradec : les 7 axes du plan stratégique pour le décolletage

Les membres du consortium Stradec ©IV

Complément du programme « Expansion 2020 » initié en 2011, le plan stratégique pour le futur de l’industrie du décolletage ou « Stradec » a été présenté hier à Thyez par le cabinet ExStrAPol, expert en lobbying et stratégies d’entreprises et coordinateur de l’ensemble du projet. Focus sur les 7 axes stratégiques de ce plan de deux ans.

C’est en juin 2017 que plusieurs acteurs de la filière du décolletage et de l’usinage (SNDEC – Syndicat national du décolletage -, CCI de Haute-Savoie, Pôle Mont-Blanc Industries, Chambre syndicale de la métallurgie – CSM -, le groupe de robotique Staübli et différentes banques et organismes de financement – Crédit agricole des Savoie, Amundi PEF, Banque Populaire AURA, Bpifrance) ont décidé de se réunir au sein du consortium Stradec.

Objectif : positionner de manière transversale et prospective la filière du décolletage pour la rendre compétitive par rapport au marché mondial en mobilisant des ressources humaines et financières sur 4 niveaux : international (Union européenne), national (ministère de l’Economie, Plate-forme automobile), régional (Région AURA) et local en associant les élus à la politique industrielle (RSE, économie circulaire).

Ce plan stratégique déploie 7 axes d’action pour répondre aux enjeux de l’industrie 4.0 avec un lobbying à tous les niveaux utiles et à chaque fois un ou plusieurs pilotes par action :

  1. Secteur automobile : faire face à la baisse programmée du diesel. Dans ce domaine, ExStrAPol s’est assuré de la collaboration de Didier Sepulchre de Condé, président de DS Développement et ancien dirigeant de NTN/SNR Roulements. Une étude labellisée par Bercy va identifier les productions alternatives et les process à adapter. Pilotes : CSM, SNDEC et Cetim-Ctdec ;
  2. Diversifications vers l’aéronautique et le médical. Pilote : Pôle Mont-Blanc Industries 4.0 ;
  3. Développer la robotisation. Pilote : Staübli ;
  4. Transformation numérique. Pilote : Pôle Mont-Blanc Industries ;
  5. Ingénierie financière avec un accompagnement managérial en fonction de la typologie des entreprises. Pilotes :  Crédit agricole des Savoie, Banque populaire AURA, Amundi et Bpifrance ;
  6. Développement de l’international. Pilotes : CCI Haute-Savoie, CCI région AURA, Business France ;
  7. Formation professionnelle. Pilote : CSM.

Pour certains de ces axes, des opérations-pilotes ont été d’ores et déjà décidées. Ainsi, concernant la robotique, un réseau de démonstrateurs doit être mis en place sur quatre sites régionaux en milieu industriel et universitaire avec des aides pratiques et des formations. De même, en matière d’ingénierie financière, il est prévu un dispositif d’accélérateur de filière pour contribuer à faire émerger des entreprises leaders. Enfin, pour faciliter le développement à l’international, une opération-pilote de VIE (volontaires internationaux en entreprise) à temps partagé doit être mise en place.

Et pour tous les détails et les réactions des décolleteurs à ce plan stratégique, lisez le dossier sur ce sujet dans la prochaine édition du Messager-Faucigny à paraître le 27 septembre !

Isabelle Verdier