Retrofit : comment N2C transforme les machines-outils en objets connectés

Cosette Jarnouën et Chadi Badra, dirigeants de N2C, photo extraite de la vidéo du Cetim ©Cetim France

Grâce aux technologies de l’internet des objets, la société bretonne N2C, spécialiste du rétrofit de machines-outils pour le travail du métal, les transforme en objets connectés, signale le Cetim dans une note.

Depuis sa création en 2004, la PME basée à Sens-de-Bretagne (35) et dirigée par Cosette Jarnouën et Chadi Badra, offre une seconde vie aux machines-outils d’ancienne génération (centres d’usinage, tours à commandes numérique, machines de découpe laser, presses plieuses). Dans le cadre d’un projet soutenu par l’Ademe (et accompagné par le Programme des investissements d’avenir), elle est allée plus loin en lançant en 2016 le projet « Défi » : rénover une presse plieuse hydraulique pour l’adapter au modèle d’« économie de fonctionnalité ».

Voir la vidéo du Cetim : 3 min 40

Avec l’aide des experts du Cetim en IoT, en mécatronique et en efficacité énergétique, la machine a vu, avec la mise à niveau réalisée, ses consommations d’énergie et d’huile réduites de moitié. Et surtout, l’entreprise a également mis en œuvre une surveillance permanente des paramètres principaux de la machine via la commande numérique et des capteurs supplémentaires.

Cela permet de fournir à l’utilisateur les informations indispensables à l’identification de potentielles défaillances, à la détection des dérives et à l’anticipation des pannes afin de viser un taux de disponibilité maximale de la machine. De son côté, N2C gagne aussi en réactivité et en efficacité en permettant à ses équipes d’intervenir au plus vite en cas de nécessité et de planifier des interventions de maintenance. Avec pour objectif final de passer à un mode de facturation à l’usage.

I.V