Rencontre avec Marie-Pierre Porret, directrice du Campus des métiers Mécanique connectée  

Marie-Pierre Porret devant le nouveau robot collaboratif Staübli qui vient d’être installé. © IV

Directrice du Campus des métiers et des qualifications de la mécanique connectée sur le secteur Savoie-Mont-Blanc, Marie-Pierre Porret explique les actions menées pour développer une offre de formation adaptée aux besoins des entreprises.

Quel bilan peut-on faire des actions menées par le Campus des métiers sur la mécanique connectée ?

Le Campus des métiers sur la mécanique connectée et les fonctions support a été créé en 2016 sur le territoire Savoie-Mont-Blanc (départements 73 et 74). Il regroupe des lycées (Charles Poncet, Mont-Blanc René Dayve, les Cordeliers…), différents centres de formation (CFAI Formavenir, Greta Arve-Faucigny, Cetim de Cluses, etc.) ainsi que l’Université de Savoie Mont-Blanc avec pour mission principale de développer des formations adaptées aux besoins des entreprises à court et long terme.

Sur le court terme, nous avons par exemple mis en place des formations à la carte pour des entreprises telles que Baud Industries et Dassault à Argonay. Nous avons également lancé, en collaboration avec la Région et Pôle Emploi, une formation de 8 mois en usinage et montage pour des migrants et des décrocheurs. Sur le long terme, nous avons créé l’année dernière une FCIL (Formation complémentaire d’initiative locale) dans le domaine de la robotique.

Autres actions visant à renforcer l’attractivité de la filière : la réalisation par un cinéaste de Marnaz, Christophe Gordani, de films de promotion sur les métiers en tension – actuellement en cours -, et la création d’un site, Form’toit, qui référence les logements disponibles pour les étudiants nouvellement arrivés dans la région. Sans oublier l’investissement d’outils pédagogiques liés à l’industrie du futur, tel que le nouveau robot Stäubli installé au Lycée Charles Poncet avec plus d’une vingtaine de professeurs et formateurs de 5 sites différents qui ont été formés à cette nouvelle génération de robot.

Un autre axe important de votre mission concerne la promotion de la filière pour susciter des vocations ?

Effectivement, nous menons régulièrement des actions de promotion auprès des collégiens de la Région. En mai dernier, nous avons par exemple fait témoigner des femmes en poste dans l’industrie dans les collèges de Cluses afin de susciter des vocations chez les collégiennes. Nous participons à des salons professionnels comme CapSup, qui a lieu en décembre à Cluses, au Mondial des Métiers avec le SNDEC, et au salon Smile qui va devenir un salon permanent « Open Smile » au sein de ID Center.

Sur le prochain salon Simodec, nous allons organiser un espace présentation des métiers avec un focus sur la robotique en partenariat avec le SNDEC et la CSM. Nous organisons également le Challenge robotique Robotfly qui s’internationalise de plus en plus avec la participation l’année prochaine de candidats espagnols, italiens, et suisses, en plus des Canadiens et des Belges.

Des élèves du Greta formés au lycée Charles Poncet. © IV

Vous avez mené également une action d’information auprès des conseillers de Pôle Emploi ?

C’est un point important que nous tenons à développer. Fin juin, nous avons organisé une demi-journée de formation auprès de 50 conseillers de Pôle Emploi de Sallanches et de Cluses pour les informer de l’évolution des compétences pour l’usine du futur. Nous allons poursuivre ces actions auprès des potentiels prescripteurs.

Propos recueillis par Isabelle Verdier

 

Le PIA, gros projet pour 2020

Le Plan d’investissement d’avenir (PIA) 2020 est un des plus gros projets porté par le Campus des métiers de la mécanique connectée avec le Plasticampus d’Oyonnax et l’INSA de Lyon. Le dossier doit être déposé en octobre et s’il est retenu, une enveloppe de 5 millions d’euros est prévue.

Plusieurs actions sont envisagées dans le cadre du PIA comme le développement du centre technologique ID Center, qui va devenir un lieu emblématique pour la formation, la montée en compétence des formateurs ou encore l’apprentissage par blocs de compétences. Il est ainsi prévu de créer des classes de collégiens et de lycéens en immersion sur l’espace « Open Smile » qui deviendra permanent.

Un projet de logement universitaire est également à l’étude avec la mairie de Cluses. Il prévoit une résidence universitaire et une résidence partagée multi-générationnelle. Des plateaux techniques et des Fab Lab doivent être également créés grâce aux financements du PIA.