Quelles tendances pour le futur ?

Des voitures volantes (VoiturevolantePAL-V et Airbus) aux véhicules autonomes comme le Renault EZ-Go en passant par les citadines électriques comme la Microlino Auto fabriquée par le fabriquant suisse de patinettes Micro ou l’hybride rechargeable de Mitsubishi Outlander PHEV (Outlander-PHEV et Outlander-PHEV1), le futur de l’automobile sera multiple.

Développement des véhicules électriques et hybrides, digitalisation et mise en service de véhicules autonomes et connectés : voici les trois grandes tendances du futur pour le secteur automobile analysées par Jean-Luc Brossard, directeur R&D de la Plateforme de la Filière Automobile et mobilités (PFA) et par un rapport du cabinet KPMG.

Invité par le SNDEC le 8 mars dernier lors du salon Simodec pour évoquer l’avenir des énergies dans l’automobile, Jean-Luc Brossard a exposé le scénario le plus probable selon lui. « Il s’agit du scénario « Green Constraint », où il existera à la fois une très forte pression sur l’environnement et une croissance économique prudente mondiale », a t-il déclaré. Selon l’étude menée conjointement par la PFA et le BIPE, intitulée « Contribution des véhicules légers et lourds à la réduction de la demande énergétique et des émissions de CO2 à l’horizon 2030 dans le monde » et disponible sur le site de SIA (Société des ingénieurs de l’automobile), il apparaît qu’en 2035, les PHEV (véhicules hybrides rechargeables) et les EV (véhicules électriques) représenteront respectivement 9% et 19% du marché en Europe, soit un total de 28%. Le véhicule électrique s’imposera également sur le marché des sociétés.

Voiture volante


Autre prévision : le diesel perdra 27 points de part de marché et disparaîtra complètement sur les segments A et B. Enfin, en 2030 et au-delà, la décarbonation des sources d’énergie primaire (biocarburant, électricité et hydrogène), le développement de nouvelles offres de mobilité (« car-sharing », « ride-sharing »), et les mesures de restrictions d’accès, seront beaucoup plus efficaces pour infléchir la courbe des émissions CO2 liées au transport routier que le durcissement des normes d’émissions CO2.
De leur côté, les moteurs des véhicules thermiques devraient être améliorés en s’inspirant notamment des technologies des poids lourds pour le système d’injection, a estimé lors de la table ronde Noureddine Guerrassi, Chief Engineer, Advanced Injection & Combustion Center, de l’équipementier Delphi Technologies. Les nouvelles technologies entraînent déjà un décloisonnement des services au sein de Delphi : « concrètement, depuis 3 ans, les équipes qui travaillent sur l’essence et le diesel sont regroupées », explique Noureddine Guerrassi.
Enfin, selon l’étude du cabinet KPMG, deux autres grandes tendances se dégagent : la digitalisation, qui ouvre de nouvelles opportunités de création de valeur, et l’arrivée du véhicule autonome et connecté. A ce sujet, comme l’a souligné le professeur Andreas Hermman, co-auteur d’un livre sur la conduite autonome lors d’une conférence au salon automobile de Genève, il s’agit d’une véritable «révolution» en la matière. A suivre donc avec attention !

Isabelle Verdier