Quand la Micro5 donne naissance à la plateforme numérique Factory5

Samuel Vuadens devant la Micro5 sur le stand du SIAMS ©IV

Née en Suisse il y a deux ans à la Haute Ecole Arc Ingénierie, la micro-fraiseuse Micro5 a été développée par un consortium d’industriels suisses regroupés autour de Factory5, qui a également lancé une plateforme numérique au sein de laquelle différents partenaires travaillent en synergie pour aider les industriels à fabriquer leurs produits.

« Factory5, c’est à la fois la société qui vend la Micro5 et une plateforme numérique regroupant une suite d’applications et de services destinés à l’industrie manufacturière », explique Samuel Vuadens, CEO de Mecatis, une société d’intégration industrielle initiatrice de Factory5. Ce sont deux sociétés suisses romandes : Mecatis SA à Isérables et Safelock SA (usinage de précision) à Malleray, qui ont décidé de produire et de commercialiser une version industrielle de la Micro5, imaginée en 2016 par les étudiants de la Haute Ecole Arc Ingénierie. La Micro5 s’est dotée d’un chargeur d’outils automatique et de différentes broches.

Elle dispose également d’un receveur de copeaux, d’une micro-lubrification et d’une palettisation. Elle existe en 4 et 5 axes (voir les spécifications techniques pour la 5 axes et pour la 4 axes).

Cette micro-fraiseuse, pas plus grande qu’une machine à café, se déplace facilement, consomme peu d’électricité et peut être connectée et gérée via une plateforme. « En plus des 25 machines disponibles en précommande cette année, 5 ont d’ores et déjà été vendues à des horlogers », signale Samuel Vuadens. Produisant des pièces à partir d’un cube de 50 mm d’arrête, elle intéresse tous les secteurs utilisant les microtechniques (horlogerie, medtech, connectique, etc.).

C’est à partir de la Micro5 qu’a été imaginée la plateforme numérique Factory5. L’idée est simple : associer différents partenaires proposant des services à l’industrie manufacturière pour les faire travailler en synergie au service d’industriels voulant fabriquer un produit (voir la liste des 14 partenaires). « C’est un nouveau modèle d’affaires industrie 4.0 où nous amenons, grâce au numérique, les applications directement chez les clients en fonction de leurs besoins », explique Samuel Vuadens. Un modèle innovant qui pourrait intéresser les décolleteurs de la vallée de l’Arve ?

Isabelle Verdier