Mont-Blanc industrie fondu dans une nouvelle entité

La réforme territoriale et la fusion des régions Rhône-Alpes et Auvergne avait jeté le trouble sur l’avenir des pôles de compétitivité de chacune des deux régions.

La réforme prévoyait le transfert de la compétence générale du Département vers la Région. En d’autres termes, la Région reprenait seule le pouvoir d’intervenir dans le domaine économique. Soutenu par le Département, le pôle Mont-Blanc industrie voyait donc son financement et son organisation menacée. Avec son réseau économique et industriel implanté dans le décolletage, ses initiatives en matière de développement économique, le pôle Mont-Blanc industrie risquait en outre de faire doublon avec d’autres structures auvergnates.
L’enjeu de la fusion
« Le Département participe à hauteur de 185 000 euros sur un budget de 600 000 euros de fonctionnement. Et à hauteur de 2,3 millions d’euros sur les actions à destination des entreprises. Et cela donne lieu à 6 millions d’euros d’actions, grâce à un effet levier », défendait en 2016 Jean-Marc André, directeur du pôle Mont-Blanc industrie.
En conclusion de ce long travail, la Région a annoncé le 2 mars la fusion de Mont-Blanc industrie et du cluster Auvergne efficience industrielle dans une nouvelle structure baptisée Aura industrie 4.0.
« C’est une réponse stratégique forte de deux structures aux enjeux de la transition numérique, de l’industrie du futur et du rôle que les pôles de compétitivité peuvent jouer dans la nouvelle donne économique et industrielle », assure la Région dans sa communication. Affaire à suivre…