Marché européen et mondial : forte croissance attendue

De belles opportunités s’annoncent pour Airbus et Boeing.

La taille du marché aéronautique mondial double tous les quinze ans et cette dynamique devrait se maintenir pendant les années à venir avec une progression attendue de 4,4% du trafic aérien mondial. De quoi donner de belles opportunités de développement pour les deux poids lourds du secteur : l’Américain Boeing et l’Européen Airbus ainsi qu‘à leurs sous-traitants.
Cette expansion est liée aux mutations de la demande mondiale, principalement au basculement de la croissance économique vers les pays émergents et en développement, souligne dans une étude sur les perspectives du secteur aéronautique la banque HSBC. La progression du trafic devrait se concentrer majoritairement dans cette zone (+5,8% par an en moyenne), alors qu’elle serait de 3,2% dans les pays avancés. Principale explication : la taille de la classe moyenne dans les pays émergents devrait doubler au cours de vingt prochaines années (3,6 milliards de personnes en 2036 contre 1,8 milliard en 2016).
Les deux plus grands avionneurs mondiaux, Airbus et Boeing, ont des perspectives de croissance pour les vingt prochaines années (voir encadré sur leurs carnets de commande respectifs). La France est le seul pays – avec les États-Unis – à disposer d’une filière aérospatiale complète et compétitive. Elle est présente sur tous les segments du marché avec souvent des positions de leader mondial et dispose ainsi de la totalité des compétences pour concevoir et réaliser tous les types d’aéronefs militaires et civils.
En Europe, l’industrie aéronautique et spatiale a tous les voyants au vert. Selon les chiffres de l’ASD (Aerospace and Defence Industries Association), les pays de l’UE ont réalisé en 2015 des recettes de l’ordre de 180 milliards de dollars, juste derrière les Etats-Unis, numéro un du secteur avec des recettes estimées à 227 milliards de dollars. Viennent ensuite des pays tels que la Russie, le Canada, le Japon ou encore le Brésil (voir infographie). Au total, l’industrie de l’aéronautique a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 222 milliards d’euros, dont 54% provenant des activités civiles et 46% du militaire. L’industrie aéronautique et spatiale européenne continue d’investir massivement pour rester à la pointe des dernières technologies. Ses dépenses en R&D ont représenté 20 milliards d’euros en 2015, dont 16 milliards pour le seul secteur de l’aéronautique.

ISABELLE VERDIER

MONDE

EUROPE


Les prévisions de Boeing et d’Airbus pour les 20 prochaines années
Dans son bulletin Clubbies Aéro de juin 2017, l’Observatoire stratégique de la sous-traitance (OSST), qui fait de la veille spécialisée sur le secteur aéronautique (voir site http://www.osst.com/aeronautique), donne les prévisions de commande de nouveaux appareils pour les deux leaders mondiaux du marché de l’aéronautique : Boeing et Airbus.
Selon les projections de Boeing pour 2017/2036, le besoin mondial est estimé à 41 030 nouveaux avions sur la période pour une valeur de 6 050 milliards de dollars. Les avions mono-couloirs représentent pour Boeing la plus grande partie des nouveaux appareils (29 530). L’Asie représente la partie la plus importante du marché avec un besoin de 16 050 nouveaux avions, suivie de l’Amérique du Nord (8 640) et de l’Europe (7 530).
De son côté, Airbus estime pour les 20 prochaines années (2017/2036) un besoin de 34 899 nouveaux appareils, en hausse de 1 829 par rapport à la projection de l’année dernière. Les monocouloirs représentent 24 807 appareils, les bi-couloirs 8686, les très gros avions et notamment l’A380, 1 406. Sur le plan de la géographie, l’Asie Pacifique correspond à 14 280 avions, l’Europe à 6 820, l’Amérique du Nord à 5 620.