Machines-outils : perspectives 2019 à la baisse

Salon EMO 2019 ©IV

Malgré une conjoncture mondiale à la baisse en 2019, le marché de la machine-outil présente des opportunités dans les pays du Mercosur et au Vietnam, a annoncé lors du dernier salon EMO la Cecimo (European Association of Machine Tool Industries), l’association qui regroupe les producteurs européens de machines-outils.

Dans un communiqué de presse publié le 16 septembre, l’association Cecimo, qui regroupe les fédérations de 15 pays européens producteurs de machines-outils (Allemagne, Autriche, Belgique, République Tchèque, Danemark, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède, Suisse, Turquie et Royaume-Uni), annonce une baisse des commandes pour le deuxième trimestre 2019 ( -24% par rapport au 2ème trimestre 2018).

Cette baisse s’explique par plusieurs facteurs selon le Cecimo. Il y a tout d’abord les conséquences de la future mise en place du Brexit : le Royaume-Uni est le 7ème pays producteur des pays de la Cecimo avec des revenus de plus de 500 millions (soit une part de 2,3%) et le 9ème pays exportateur avec des ventes de 560 millions d’euros. Pour la Cecimo, si des taxes sont instaurées entre le Royaume-Uni et l’Europe à la suite du Brexit, l’impact sera négatif pour le secteur de la machine-outil.

Autre inquiétude pour la Cecimo : la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, deux marchés importants pour le secteur. Les politiques tarifaires agressives des deux pays risquent d’aboutir à une baisse importante des commandes. En 2018, les producteurs de la Cecimo avaient dégagé des surplus commerciaux avec la Chine (+ 2,7 milliards d’euros) et les Etats-Unis (+ 1,7 milliard). Autres facteurs d’incertitudes pour la Cecimo : le conflit Russie-Ukraine et l’Iran.

L’association des producteurs européens de machines-outils pointe toutefois des pays ou des zones géographiques où il peut exister des opportunités d’affaires. C’est ainsi le cas pour les pays d’Amérique latine faisant partie du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay) qui sont sur la voie de signer un accord de libre-échange avec l’Union européenne. Si cet accord était signé, estime la Cecimo, il y aurait une baisse significative des droits de douane qui rejaillirait de manière positive sur le secteur de la machine-outil.

Autres pays porteurs selon la Cecimo : le Mexique et le Vietnam. Le Mexique représente la quatrième destination des exportations de la Cecimo en termes de valeur (4,5% du total) et fait partie de l’Accord de libre-échange américain (Alena). Suite à l’accord commercial signé entre l’UE et le Mexique en avril 2018, les producteurs européens pourraient bénéficier d’un accès au marché américain. Enfin, le Vietnam est un marché en plein développement avec des exportations de la Cecimo à la hausse vers ce pays (139,4 millions d’euros en 2018 contre 13 millions en 2007) et à fort potentiel depuis l’accord commercial signé avec l’UE en juin 2019.

I.V