Les formations proposées par le Cetim-CTDEC

Dans un domaine demandant de plus en plus de technicité, il est désormais indispensable de se former. Tour d’horizon des formations proposées par le Cetim-CTDEC, au plus près des besoins des décolleteurs.

Le Cetim-CTDEC de Cluses dispense de nombreuses formations adaptées aux besoins des décolleteurs, tandis qu’un pôle Métrologie propose des prestations spécifiques. Les formations, détaillées dans le Guide 2018* de formation du Cetim-CTDEC disponible sur le web, sont très variées, s’adressant aussi bien aux opérateurs et régleurs qu’aux spécialistes de la métrologie.
On trouve ainsi un cycle complet de formations en mesure tridimensionnelle certifiées Coffmet, qui durent 5 jours chacune. Au niveau 1 (niveau utilisateur), il s’agit de savoir utiliser différentes machines à mesurer tridimensionnelles (MMT) avec la sélection du palpeur, la réalisation des mesures et l’évaluation des cotes et statistiques. Au niveau 2, on devient métrologue avec la programmation CNC et le suivi du moyen 3D.
Enfin, au niveau 3 on accède au titre de
« métrologue expert », capable de créer des programmes informatiques sur-mesure, et du suivi du processus.
Le Cetim-CTDEC dispense en outre des formations en métrologie dimensionnelle sanctionnées par un CQCM (certificat de qualification à caractère national). Au programme, des bases mathématiques, la lecture d’une cotation ISO GPS, le filetage et la rugosité, les moyens de contrôle, la mesure tridimensionnelle, ou encore la conformité. Le laboratoire de métrologie est bien équipé puisqu’il dispose de 4 machines pour la mesure tri-dimensionnelle (Zeiss Micura, Zeiss Accura II, Microvuvertex et Johansson Tpaz). Il possède également trois machines contour et état de surface (Mahr MMQ 400, Altimet-Altisurf 500 et Taylor Hobson Formtalysurf S4C).
En outre, le Cetim-CTDEC propose des prestations sur-mesure concernant le contrôle métrologique de pièces, l’étalonnage d’étalons et/ou de calibres, l’étalonnage d’équipements de mesure ou du conseil. Comme l’explique Laurent Michoux, responsable de l’agence Mitutoyo de Scionzer, « la question de la formation est essentielle car il est aujourd’hui indispensable d’investir pour former du personnel qualifié pour faire fonctionner une machine. Acheter une machine seule ne sert à rien si on ne sait pas la faire fonctionner ».
ISABELLE VERDIER


Pour en savoir plus, contacter Pauline Crouet
p.crouet@cetim-ctdec.com