Décolletage suisse : les décolleteurs veulent moderniser leur image

L'usine de PRECI-DIP à Delémont avec Raymond Kerrison, CEO © Roland J. Keller

C’est dans le canton du Jura à Delémont que se sont tenues les 12 et 13 juin dernier les journées de presse du décolletage organisées par l’association des décolleteurs de Suisse romande. Retour sur ces deux journées et les quatre entreprises visitées.

Ces deux journées organisées par l’AFDT (Association des fabricants de décolletages et de taillages) ont eu lieu à Delémont dans le canton du Jura, dont l’économie est composée principalement de PME reconnues dans des secteurs de pointe tels que l’horlogerie, les medtech, la microtechnique et les machines-outils.

D’emblée, Francis Koller, président de la commission marketing de l’AFDT, a souligné l’importance de changer l’image de l’industrie du décolletage « qui est, dans la plupart des cas, complètement dépassée. A cet effet, nous devons être imaginatifs et travailler sans relâche » a t-il déclaré.

C’est pourquoi l’AFDT organise chaque année des journées de presse avec des visites d’entreprises. Après une édition qui s’est tenue l’an dernier à Bienne (voir notre article Le décolletage suisse au beau fixe) , c’était au tour cette année du Jura. « Nous avons, dans l’Arc jurassien, les plus belles et les plus performantes entreprises de décolletage, a affirmé Francis Koller. Nous devons le dire et nous devons le prouver justement par l’organisation de visites d’entreprises ».

Quatre entreprises avaient été sélectionnées pour les visites. Première entreprise visitée : Seuret SA (groupe Humard). Composée d’une équipe de plus de 10 mécaniciens spécialisés dans la révision de tours automatiques, cette entreprise a su se perfectionner dans ce segment de marché qui demande un savoir-faire pointu afin de répondre aux exigences des secteurs de l’horlogerie, de la connectique, de l’appareillage ainsi que du médical et de l’automobile.

Il y avait ensuite le groupe Preci-DIP SA, leader mondial en production de connecteurs et de composants de connectique pour l’électronique fondé en 1976. Le département décolletage emploie une trentaine de personnes pour plus de 300 décolleteuses. Quelques chiffres : 600 tonnes de laiton usinées, 7 millions de pièces usinées chaque jour, soit 1 milliard 500 millions de pièces en 2018, 7 000 jeux de cames et donc autant de références de produits fabricables.

Autre entreprise : Bandi SA, une société de plus de 60 personnes active à 95 % dans le domaine horloger (habillage, mouvement, bracelet). Elle possède plus de 120 tours automatiques CNC. A noter qu’une cellule sécurisée est dédiée à l’usinage de matière précieuse.

Enfin, Decovi SA, spécialisée dans la fabrication de masses oscillantes. Cette société de plus de 90 collaborateurs possède une centaine de machines modernes pour des travaux de décolletage, tournage, fraisage, gravage laser, et assemblage.

Autres intervenants lors de ces journées : Pierre-Alain Berret, directeur de la CCI du Jura, qui a souligné – chiffres à l’appui – le dynamisme du canton en matière de décolletage, et Pierre-Yves Kohler, directeur du salon SIAMS. Ce dernier a présenté l’édition 2020 et indiqué que la plateforme du décolletage, un espace organisé par l’AFDT, serait reconduit à l’identique par rapport à l’édition précédente.

I.V