Decip se déploie sur le marché de la fabrication additive

Hervé Favre devant la solution Studio System de Desktop Metal ©IV

Déjà distributeur depuis deux ans des imprimantes 3D industrielles HP Multi Jet Fusion (voir notre article), le groupe Decip a présenté le 6 et 7 novembre lors de ses journées techniques deux nouvelles solutions dans le domaine de la fabrication additive métal : Studio System de Desktop Metal et Metal FAB1 de Additive Industries.

Pour les prototypes et les pièces de très petite série, la solution Studio System de Desktop Metal présentée aux journées techniques de Decip est idéale : pour un prix compétitif (environ 250 000 euros), il est possible de bénéficier d’un système complet. De plus, son utilisation est très simple, souligne Pierre-Victor Sabatier, directeur Europe du Sud de Desktop Metal.

Créée il y a trois ans, la société américaine Desktop Metal a pour objectif de rendre accessible l’impression 3D métal aux designers (Studio System) comme aux fabricants (Production System, en cours de développement). Le procédé utilisé est celui du MIM (moulage par injection métal) en trois étapes : fabrication des pièces, déliantage et fritage. Selon le procédé breveté, la couche de céramique entre le moule et la pièce se désagrège au fritage. Signe de l’intérêt du procédé, une machine Desktop Metal Studio sera installée sur le futur ID Center dans le cadre d’un partenariat avec le Cetim.

Autre machine présentée sous forme de maquette aux journées techniques de Decip : la Metal FAB1 du groupe néerlandais Additive Industries créé en 2012. La technologie utilisée est celle de fusion laser sur lit de poudre de métaux. Les machines sont modulaires et permettent de fabriquer des pièces techniques (turbines, blocs hydrauliques), des prototypes ou des pièces complexes. Distribuées depuis janvier 2019 par Decip, les machines d’Additive Industries sont déjà implantées en France auprès d’industriels de l’aéronautique. D’autres secteurs comme l’horlogerie peuvent être intéressés par une telle technologie.

Pour le dirigeant de Decip, Hervé Favre, les « perspectives de développement de la fabrication additive sont immenses car l’on peut fabriquer des pièces fonctionnelles qui viennent en complément du processus industriel comme par exemple un mors de serrage pour une pièce à usiner ».

I.V