Avec son tout nouveau bâtiment, Hestika France voit grand

Le jeudi 28 novembre, Hestika France, spécialiste de la vente de machines-outils de tournage de précision et membre du groupe japonais Citizen, a inauguré son tout nouveau bâtiment de 2200 m² à Ayze.

Bien connue dans la vallée de l’Arve et plus particulièrement dans le monde du décolletage, l’entreprise Hestika France, membre du groupe japonais Citizen, a dévoilé son tout nouveau bâtiment, celui de Cluses ne servira plus dès le 2 janvier.

Pour l’inauguration du nouveau bâtiment, le président de Citizen Machinery, Keiichi Nakajima a fait le déplacement en France et a planté un cerisier devant l’entreprise.

Une entreprise de la vallée membre d’un groupe industriel international

Depuis sa création en 1971 par Gabriel Palefroy, l’entreprise Hestika a bien changé. Il y a 10 ans déjà, 51% des parts sont vendues au groupe japonais Citizen tandis que Gilles et Philippe Palefroy conservent 49% des parts qu’ils finiront par revendre, le 19 juillet 2019, au même groupe. En juillet 2019, Philippe, le plus jeune (48 ans) des deux fils du créateur de l’entreprise, a été nommé Directeur général d’Hestika France. Soucieuse de développer sa filière française, l’entreprise Citizen, numéro un sur les machines à poupée mobile (marque Cincom), a décidé d’investir dans un tout nouvel établissement de 2200  m². Et on peut dire que le résultat dénote avec les bâtiments clusiens de 600 m². « Nous avions trois bâtiments qui n’avaient pas de liens directs, maintenant tout sera regroupé dans un seul endroit », explique le jeune patron.

Un bâtiment flambant neuf où tout a été pensé pour le client

S’il devait y avoir un seul mot d’ordre pour ce tout nouvel établissement ce serait : client. En effet, chez Hestika le rapport à la clientèle est une priorité et le recevoir dans d’excellentes conditions était important pour les investisseurs. « Mettre le client au centre de nos exigences est donc la priorité de ce bâtiment car il répond à toutes les étapes d’achat et d’accompagnement de nos clients », indiquait Philippe Palefroy lors de l’inauguration en présence du président de Citizen Machinery, Keiichi Nakajima, venu tout spécialement du Japon pour l’occasion. Mais alors que peut-on trouver dans ce nouveau bâtiment ?

Dans un premier temps, les clients pourront retrouver un accueil et un comptoir pièces détachées dont le stockage a été triplé. Il y a aussi un showroom de 350 m² où sont exposés au minimum huit modèles de machines (Cincom et Miyano), une zone test d’usinage avec une salle de contrôle pour y réaliser des essais, des salles de formations pouvant accueillir jusqu’à huit personnes avec la possibilité d’aider, de former à distance via un système de partage d’écran interactif ou encore un atelier de 1000 m² pour l’assemblage d’accessoires, de robotisation et d’installations clef en main. Enfin, le SAV est amélioré avec la création d’une salle blanche pour le rétrofit de pièces délicates. Il est à noter que Hestika vend des machines auxquelles l’entreprise est capable de rattacher toute une solution d’outils pour satisfaire les besoins des clients.

Julien Tilmant

 

Hestika et Citizen en résumé

Le siège de Citizen Machinery est situé à Miyota à l’ouest de Tokyo. Le groupe possède 6 usines, 700 employés au Japon, 2000 dans le monde et fabrique environ 6000 machines par an. En Europe, le groupe a  5 filiales et vend plus de 1200 machines. En France, Citizen (Hestika France) emploie 29 personnes et vend entre 80 et 95 machines pour un chiffre d’affaires en progression de 19 millions d’euros. L’entreprise fait 65% de son chiffre en Rhône-Alpes. Son siège est désormais à Ayze.