Automobile : quelles perspectives pour 2035 ?

Le Cetim vient de publier un livre blanc regroupant les avis d’experts du secteur automobile sur leur vision de l’automobile de demain. Intitulé « En route pour 2035 ! », ce document aborde notamment la question des nouveaux process de fabrication avec le développement de l’impression 3D, de la robotique et de l’intelligence artificielle.

Deux experts sont interrogés sur ces sujets : Denis Hugelmann, directeur de la division Aéronautique, automobile et fabrication additive du groupe Fives et Jan Leuridan, directeur de Siemens Industry Sofware NV.

Concernant la fabrication additive, celle-ci va se développer considérablement dans le secteur automobile, estime Denis Hugelmann car elle a deux atouts majeurs : la simplicité et la flexibilité du processus de production ainsi que la liberté de design qui permet de se concentrer uniquement sur la fonction de la pièce et non plus sur les contraintes de production. Un point de vue confirmé par Jan Leuridan, qui ajoute que l’impression 3D va produire des composants plus légers.

En matière de robotique, les deux experts soulignent l’évolution vers des robots mobiles et intelligents capables d’effectuer des tâches de plus en plus complexes. L’évolution de la fabrication vers des véhicules électriques va également entraîner des changements majeurs dans les process d’assemblage des usines. Ainsi par exemple, selon Jan Leuridan, des modèles de véhicules auront 80 ordinateurs à leur bord, ce qui implique de nouvelles méthodologies de programmation des robots. Ce processus va d’autant s’accélérer que les constructeurs chinois ont décidé d’investir massivement dans la robotique.

Enfin, en ce qui concerne l’intelligence artificielle, celle-ci va être de plus en plus utilisée dans l’industrie du futur, notamment dans le domaine de la maintenance prédictive, affirme Denis Hugelmann. Cette dernière va en effet permettre aux constructeurs automobiles et à leurs sous-traitants de gagner un temps précieux en assurant un parc industriel fonctionnel. Autre évolution soulignée par Jan Leuridan : l’internet des objets qui introduit un haut degré de connectivité permettant là aussi de suivre les tâches effectuées par la machine et de les corriger en temps réel.

Et pour suivre au mieux l’actualité du secteur, le Cetim organise le 4 février à Senlis, en partenariat avec Siemens Digital Industries Software, une rencontre « Experts automobiles » sur le thème « Comment appréhender l’hybridation et l’électrification des véhicules par le couplage simulation numérique/essais physiques ? ». Pour s’inscrire, cliquez ici.

I.V